GTranslate

Login | Register |

Knowledge Base

Search and create Best Practices, Resources, and Peer Reviews

Travail Individuel Option 2'' Le Protocole de Montréal, Une action Collective pour Restaurer la couche d'ozone dans l'atmosphere''

Description: 

La couche d'ozone représente schématiquement la partie de l'atmosphère où sa concentration est la plus élevée. En absorbant ensuite les UV, l'ozone contribue à réchauffer la stratosphère.
Suite à la découverte du trou de la couche d'ozone en Antarctique en 1985, les gouvernements ont décidé de mettre en place des mesures rigoureuses pour réduire la production et l'utilisation de certains chlorofluorocarbones (CFC). C'est ainsi que s'est tenue en 1987 au Canada une conférence qui s'est conclue par un traité international de lutte contre le trou de la couche d’ozone : le Protocole de Montréal sur les substances qui appauvrissent la couche d'ozone. Ce protocole impose aux pays membres (tous les pays depuis 2009) l'élimination progressive de l'utilisation et de la production des substances qui appauvrissent la couche d’ozone : CFC, halons, hydrochlorofluorocarbones (HCFC), bromures de méthyle, bromochlorométhanes, etc.
Grâce au Protocole, entre 1988 et 2010, les émissions ont ainsi baissé de plus de 80 %. Depuis la fin des années 1990, au dessus de la plupart des régions du monde, la couche d'ozone n'est pas devenue plus mince : elle semble se reconstituer. Pour les Nations Unies, le Protocole de Montreal est le "traité ayant eu le plus de succès dans l'histoire des Nations Unies". Les concentrations des composés chlorés et bromés dans la stratosphère décroissent. En 2012, les niveaux combinés de chlore et de brome (exprimés par la charge en chlore effective stratosphérique) ont décru d'environ 10-15 % par rapport à leur maximum atteint il y a 10-15 ans. Cette diminution est due à part égale à la décroissance des concentrations du méthylchloroforme (CH3CCl3), du bromure de méthyle (CH3Br) et des chlorofluorocarbures (CFCs).
Selon le PNUE, le protocole de Montréal a permis d'éviter environ 2 millions de cancers de la peau par an, ainsi que des cataractes tout en économisant des milliards de dollars en soins de santé.

NBSAP Theme: 
Language: