GTranslate

Login | Register |

Knowledge Base

Search and create Best Practices, Resources, and Peer Reviews

Changements Climatiques: L’adaptation Dans PN Karavasta Entre Les Deltas Des Fleuves Shkumbin-Seman

Description: 

Résumé de la meilleure pratique:
Le besoin d’adaptation aux changements climatiques dans la Zone protégée (Ramsar 1995) entre les estuaires des rivières Shkumbin-Seman et surtout dans la Lagune de Karavasta, dans le cadre d’un développement durable. Cette Lagune constitue l’une des zones les plus humides en Albanie avec une variété d’habitats. Là-bas se trouvent presque tous les principaux types d’habitats tels que: marins/côtiers; ceux de la lagune; des marais; des estuaires des fleuves; des forets et des champs.

Ce sont ces changements climatiques qui ont entrainé des changements aux deltas des fleuves Shkumbin et Seman, aussi que dans l’aire protégé entre eux et le dynamisme dans les 100 dernières années au Parc Karavasta-Divjakë. Dans ce territoire habitent presque 60 milles habitants, près de la petite ville de Divjaka. Les changements climatiques et démographiques ont conduit à réduire les forêts et les zones marécageuses, en les transformant en terres agricoles et, pire, dans des terrains suburbains.

Par conséquent, la nature a rétabli l'équilibre brisé par les changements climatiques et ceux humains. La lagune de Karavasta occupe le plus grand espace du parc (c’est la lagune la plus grande dans le pays) avec 4100 hectares, ou (15,4km x 4, km) c’est une zone humide. Elle sert comme la seule source de la reproduction des Pelecanus Dalmatinus (crispus). Environ 7% vit dans la Lagune. L’espace entre les 2 deltas s’est connu aussi comme les Buffles (Bubalus bubalis), qui est une espèce protégée. Dans les estuaires des rivières se trouve un grand nombre de plantes médicinales et aromatiques. L'espace sert de refuge pour les espèces endémiques de la faune tels que "Phalacrocorax pygmaeus », lutra lutra, le phoque, les tortues de mer (Careta Careta), etc. Parmi la faune marine on peut mentionner les mollusques et les molusques, tels que les dates et les palourdes (dateri et vongoles).

Problem, challenge or context: 

Pertinence aux SPANB: C’est évident le fait que les zones humides jouent un rôle important dans:

  • L’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques;
  • La purification et l’enrichissement des eaux dans le sous-sol et dans la mer;
  • La protection de la biodiversité, des sédiments avec les éléments nutritifs;
  • La gestion des inondations;
  • La stabilisation du littoral et la protection des tempêtes;
  • Le développement durable du tourisme.
Specific elements of components: 

Les problèmes adressés par la meilleure pratique, les défis:
A cause des changements climatiques cette zone a subi de grandes inondations ces 10 dernières années, tels que les tempêtes marines suivies aux marées hautes et marées basses très fortes. Elles ont entrainé aussi une érosion trop élevé, en particulier au cours de la rivière Shkumbin et des hautes alluvions dans son delta qui à couvert les prairies marines des posidonia oceanica, en le remplaçant par algue tropicale Caulerpa racemosa. Tout cela est arrivé à cause de l’intervention des hommes au lit du fleuve en enlevant des matériaux inertes et en causant son déviation dans les terres agricoles, ainsi que de longues sécheresses et l’enlèvement de la mer qui a amené à la salinisation des terres. L'érosion puissante fluviale et marine a endommagé les habitats. Il a détruit beaucoup de plages, dunes, etc. Cela a conduit à la déstabilisation jusqu’à l'occupation et le manque des échanges autour de la Lacune de Karavasta. Les dégâts ont continué même en agriculture, sylviculture, la pêche et le tourisme. Les inondations sont causées par l’impact des changements climatiques. Les grandes tempêtes marines, l’élévation du niveau de la mer et des marées hautes ont entrainé une situation très grave, telle que 40 % du parc de Karavasta-Divjaka est menacé par des inondations continues.
Un autre problème provoqué par l'activité humaine est la pollution des fleuves et du littoral par les déchets urbains et les eaux usées de l'industrie chimique. De conséquence, ils arrivent jusqu’a la Lagune de Karavasta. Cela est arrivé à cause de la nature physico-chimique de la terre et de la réduction des fuites, mais qui a mis en danger le Pélican dalmatien (Pelecanus crispus), par la manque des œufs et ses oiseaux, ainsi que le déséquilibre du son régime de vie en diminuant le nombre des couples. Les inondations du fleuve Shkumbin causées par les changements climatiques ont entrainé le clivage du remblai, le blocage des stations hydriques, même des marées hautes et ainsi son dysfonctionnement. Le déboisement dans les zones maritimes exploité dans la construction des bâtiments et dans le tourisme a conduit un très grand vent en détruisant les dunes et l’habitat de careta careta dans la conservation des œufs. Les prévisions montrent une hausse des températures annuelles a cause de l’effet de serre, mais en même temps une hausse de CO2 qui s’absorbe de posedonia oceanica. Une baisse des précipitations d’un coté et des cas d’augmentation d’elles avec une très forte intensité et des tempêtes.

L’élévation du niveau moyen de la mer se manifeste en deux formes:
L’élévation de son niveau vers le rivage causée par les marées hautes et les tempêtes, en détruisant les dunes, ainsi que l’élévation du niveau global de la mer dû aux changements climatiques. Cela accompagnée à l’action offensive du fleuve Shkumbin a conduit une inondation de la zone (terrains et logement) dans la plupart du temps, aidée par des vents forts.
Les risques entrainés étaient:
-Destruction des habitats traditionnels;
-Déviation des fleuves vers les terres agricoles et leur érosion ;
-Destruction des barrières existantes;
-Inondations/sécheresse, compris même la salinisation des terres;
-Destruction de l’écoulement souterrain et de son qualité;
-Augmentation du nombre d’incendies dus à la hausse globale de la température, de la sécheresse et de sa propagation aidée par les vents forts;
-Inondation des grottes marines;
-Réduction des pairies marine de possedonia oceanica qui déclenche 14 l/m2 O2.

Les Mesures prises:
Le mode de vie des hommes et des êtres vivants dépend du climat dans lequel se construit leur régime alimentaire. De conséquent même l’adaptation aux changements climatiques est pluridimensionnelle, y compris l’économie, aspect sociale et l’écologie (le triangle du développement durable). Ainsi l’adaptation est la réponse juste pour diminuer l’impact des changements climatiques dans nos systèmes. En premier lieu, en se basant dans la protection de l’élévation du niveau de la mer et pour affronter les tempêtes marines, se sont construites des barrières cimentées pour les interdire et aussi des brise-lames en béton.
Cette proposition n’est pas acceptée, parce que les constructions en béton apportent:
- Changements de la dynamique des zones marines et de conséquence manque des sédimentes entre les 2 deltas;
- Une perte éventuelle des valeurs environnementales et économiques des habitats des lagunes
- Échange limitée de l'eau à travers les bouches la Lagune de Karavasta en isolant la lagune, ainsi que la baisse de la qualité de l‘eau dans son intérieur.

L’autre proposition c’est: L’adaptation aux changements climatiques basée sur le renouvellement des écosystèmes, le comportement pluriannuel de la nature comme une expérience humaine pour trouver plus facilement des éléments applicables pour faire face aux impacts des changements climatiques, ou au moins à réduire le plus possible leurs effets. Au lieu de construire des barrières en béton, la meilleure solution est la nature en utilisation la biodiversité et ses ressources comme une stratégie pour aider la communauté vis a vis aux changements climatiques. Dans la nature, on peut trouver les meilleures solutions, car elle nous offre son infrastructure pour vérifier l'effet des événements extrêmes liés au climat. On trouve les compétences des écosystèmes à faire face et se régénérer à partir des événements naturels extrêmes.

Les mesures:
1. La gestion de l’érosion fluviale et maritime, l’alimentation des plages dans les alentours de Divjaka, Seman et Spille-Bashtofes;
- Le dépôt supplémentaire des sédiments inoffensifs pour possedonia oceanica;
- La mise en place des barrières écologiques pour maintenir le sable.

2. La restauration des dunes et l’ouverture des canaux artificiels a l’aide du système membranaire GJEOWEB pour maintenir les deltas entre Karavasta et Godulla, pour qu’il y ait des échanges entre la lagune et le sol, et planter des végétaux en terre sableuse.

3. La gestion des canaux entre les fleuves
- Maintenir et nettoyer la bouche de la lagune de Karavasta;
- La porte de la lagune doit être constitué en matériaux respirant écologiques;

4. La restauration des digues de protection.
- L’amélioration du marais démoli et la création des zones humides artificielles pour l’épuration (filtrage) des eaux usées et non usées.
- La plantation dans les dunes doit se faire seulement après l’alimentation des plages et seulement dans des cas qui résultent positifs dans l’étude du VNM;
- La construction des barrières finales de protection seulement après l’étude du VNM;
- Des canaux directs à travers la lacune et le remplissage des pentes
- La création des zones tampons dans l'agriculture dans le flux inférieur de rivières et des collines marines, dans le but de réduire l'érosion, de protéger la qualité de l'eau et aider à la végétation et la faune;
- La création de mini-lagunes pour le traitement des eaux usées par des microorganismes perifitone, à une construction à faible coût;
- Le système de protection des côtes sableuses avec GJEOQEB offre une protection efficace des dunes.

Key lessons learned: 

Les principaux enseignements tires de l’application des meilleurs pratiques :

  • La sensibilisation de la population de zone pour un participation dans la conservation et preservation d’Aire protegee en par cet aussi on l’appris un nouvelle comportement, face les changements climatique ;
  • On inclut des communautes du parc dans la prise des decision en assurant une bonne gestion ;
  • Elaborer un plan d’action a conserver la biodiversite d’un zone an un flore et faune endemique;
  • Actualiser le plan de gestion pour une bonne gouvernance en tenat compte ses potentiales de point de vue du eco-tourisme, (saison de pepecan crispus, grottes de cote du mer, civilisasion maritimes)
  • Assure un partenariat public-prive avec population du parc; etc.
Impacts and outcomes: 

Impacts et resultats de la meilleure pratique: Jusqu’à 2011 (temps quand entre en vigeur « le buquet » legislative ecologique, 40 % du parc national de Karavasta-Divjaka, entre les deltas de 2 fleuves etait menacé par des inondations continues, de perte de la biodiversite, et des plages, a impact negative sur les herbieres maritimes autoctones du possedonia, et a conseguence sur l’absorbation de CO2 et puisde tourisme et aussi dans un chaine-reaction a l’impacts sur les aspects social et economique sur le developpment dourable de la zone. Ces techniques basée sur le renouvellement des écosystèmes ont apportes les impacts enviromentaux et socio-economique importants:

  • On interompre et reduit la tropicalisation de mer et lacune Karavasta;
  • On reduit l’erosion
  • Réduction des defrichements de sols;
  • Interompre l’avancement de mer et conservation des plages;
  • On diminuet les impacts negative des changements climatiques;
  • On amelioret de condition de vie de la population de zone alentour du parc national;
  • On conservet et proteger les qualites des eaux;
  • On ajoute le tourisme dans le parc;
  • On reduit les feux; etc.
NBSAP step: 
Country: 
Language: 
French
up
9 users have voted.